2 mars 2020

Action et actualités

49.3, une seule réponse s’impose, la mobilisation ! - Les rendez-vous des lundi 2 et mardi 3 mars

49.3, une seule réponse s'impose, la mobilisation ! - Les rendez-vous (...)

Le gouvernement et la majorité parlementaire faute de convaincre essaient de contraindre par le 49.3.
Répondons immédiatement par les mobilisations :

Le lundi 2 mars à Tulle 17h30 devant la Préfecture

Le mardi 3 mars à Brive 17h30 place Molière, derrière le théâtre (Devant la permanence de F.Soulier candidat soutenu par LREM)

Le mardi 3 mars à Guéret 17h30 devant la Préfecture

Le mardi 3 mars à Limoges 10h30 carrefour Tourny

Le gouvernement, sans trop de surprise, fait le choix de l’utilisation du 49.3 pour passer en force son projet de casse des retraites.

Cela ne marque en rien la fin du processus législatif et réglementaire : la loi ordinaire pour laquelle le gouvernement recourt au 49.3 doit passer au Sénat, puis revenir à l’Assemblée. La loi organique, sans laquelle la loi ordinaire n’est rien, doit être discutée à l’Assemblée, sans possibilité cette fois d’utilisation du 49.3, puis elle doit passer au Sénat. 22 ordonnances prévues dans la loi doivent être prises, sans compter les décrets. L’application effective de la retraite à points est lointaine (2037), elle peut être défaite. Les mesures d’économies, la règle d’or (interdiction des déficits), sont prévues dès 2022, il y a urgence à les contrer.

Ce 49.3 ne marque en rien la fin de la nécessaire mobilisation contre ce projet de régression sociale. La loi ne pourra être défaite qu’à la condition de la mobilisation de toutes et tous, dans la durée.

La majorité LREM à l’Assemblée ne souffre pas l’idée qu’un projet qui engage notre pays pour des décennies, qui modifie en profondeur notre pacte social, puisse être discuté plus de 12 jours à l’Assemblée. C’est sans doute parce qu’ils n’ont aucune réponse aux dénonciations portées par le mouvement social depuis 3 mois : quel taux de remplacement, quelle valeur du point, quelles assurances sur les retraites minimales et sur le maintien des pensions des enseignants, quels financements alors que le projet les assèche…

Et préparons une journée de grève massive le mardi 31 mars.

Ne lâchons rien.