Les mobilisations, notamment celles du 9 mars initiées par les organisations de jeunesse et les organisations syndicales de salariés (CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL), ont contraint le gouvernement à revoir sa copie sur la loi Travail.

Pour autant les quelques aménagements annoncés par le Premier Ministre ne changent pas la philosophie générale du projet. Il ne répond pas aux aspirations fortes, exprimées par les jeunes, les salarié-e-s et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et sa sécurisation. La création d’emplois de qualité ne justifie pas la casse du code du travail mais nécessite un changement de politique économique et sociale.

Ce texte continue à diminuer les droits des salarié-e-s et à accroître la précarité, notamment des jeunes :
- décentralisation de la négociation collective au niveau de l’entreprise et affaiblissement des conventions collectives de branches ;
- fragilisation des droits individuels acquis ;
- mise en cause des majorations des heures supplémentaires ;
- facilitations des licenciements ;
- affaiblissement de la médecine du travail…
sont autant d’exemples de régressions qui demeurent.

Le SNES-FSU appelle donc les personnels à participer nombreux aux mobilisations du jeudi 17 mars à l’appel de SGL, UNEF, FSU, CGT, FO, Solidaires.

A Limoges le rendez-vous pour la manifestation est donné à 11h30 carrefour Tourny.

Un préavis de grève est déposé pour permettre la participation la plus large.

Manifestations :
Creuse 16h siège du ps, 64 av Louis Laroche à Guéret
Corrèze 16h30 place de la cité administrative Tulle